artisigner
rencontres

Grégoire Scallabre, compositeur en céramique


Par Barbara Poirette

Artiste, artisan, créateur… Metteur en forme de la céramique, compositeur de porcelaine, Grégoire Scallabre échappe aux étiquettes qui enferment le geste dans la répétition. Il se laisse guider par sa relation à la terre et par le plaisir toujours intact de donner forme. Grégoire Scallabre n'est rien de plus, ni rien de moins que lui-même et c'est déjà tout un art !



Grégoire Scallabre et ses vases Spi.
Grégoire Scallabre et ses vases Spi.
Dès sa tendre enfance, Grégoire Scallabre se plait à prendre la matière en main et participe à de nombreux stages. Élève peu brillant avec mention cancre, il semble appartenir à cette catégorie d'élèves pour qui l'étude pour l'étude est une bien vaine occupation. Son territoire d'expression c'est la matière. Une passion première qui deviendra motivation, ambition puis vocation. « J'ai eu la chance de savoir très tôt ce que je voulais faire et d'avoir des parents capables de l'entendre » sourit-il. De 10 à 15 ans, il use ses fonds de culottes dans une pension dont il fréquente assidument l'atelier de poterie. Conscients que les études et Grégoire n'étaient définitivement pas faits pour se rencontrer, ses parents l'encouragent à suivre sa nature. Armé de sa passion, de sa motivation et de son potentiel, il part en apprentissage dans la Drôme où il fait ses classes chez un maître artisan.

Broc Harpo.
Broc Harpo.

Domestication de la matière

Tourneur, il apprend les rudiments puis il travaille la céramique, passe à l'émaillage. Il fait ses gammes, acquiert le geste, le fait sien, mais sans direction artistique véritable. « Au fur et à mesure le goût s'affine, on identifie mieux ce que l'on aime et on commence à se définir ». Mais sa botte secrète, il l'a héritée de son père, « il m'a appris tout gamin à regarder les objets comme si je les voyais pour la première fois. » Cet exercice lui donne une sensibilité particulière. Il voit là où les autres cherchent à comprendre. « Il m'a appris à ne pas analyser mais à regarder la forme pour la forme, qu'il s'agisse d'un gobelet, d'une table ou d'une sculpture » poursuit-il. Un étonnement du premier regard complété de beaucoup de culture générale, de curiosité, d'exposition et d'un goût prononcé pour le dessin. Celui qui n'aimait pas l'étude, savoure le monde qui l'entoure par gourmandise.

L'art à l'objet

La transmission et l'expression… Grégoire Scallabre fonde son atelier puis monte une école avec Christophe Bonnard et enseigne sans réduire la céramique à sa forme utilitaire. « La fonctionnalité d'un objet rassure. Elle met un cadre, détermine le possible, le convenable. Mais à mesure que l'on progresse, on cherche à prendre plus de risque. La fabrication d'une belle pièce fonctionnelle est à notre portée, alors on a envie d'aller encore plus loin… On s'éloigne de la forme utilitaire, on entre dans une autre aventure… » Il veut donner à la céramique contemporaine une approche complète. « Je suis un céramiste actif et je ne conçois d'enseigner qu'à cette condition. On prend beaucoup moins la poussière quand on a une démarche personnelle et que l'on continue à travailler » explique-t-il

Temps moderne n°3, extrait de l'exposition éponyme.
Temps moderne n°3, extrait de l'exposition éponyme.


L'expression artistique qui laisse libre court à l'émotion et l'expression formelle, qui applique l'esthétique à l'usage, sont les deux territoires d'expression de Grégoire Scallabre. Il fait ses gammes pendant des années sur le registre utilitaire. Lorsqu'il est retenu pour les Talents à la Cartes 2007 de Maison&Objet, les pièces fonctionnelles sont encore très présentes, broc Harpo, vases Spi ou Genea. Mais déjà la forme artistique se dessine dans les contours de ses Fleurs de Grand Feu. « Il faut savoir avancer. Il arrive un moment où les pièces que l'on a conçu doivent vivre en dehors de vous. Il faut savoir passer le relais à d'autres. Le broc Harpo par exemple, je l'ai dessiné, conçu et fabriqué pendant des années. Il va bientôt être édité par Eno et sera distribué par Coran Shop. C'est aussi le sens de l'évolution. Produire inlassablement ses propres pièces, vous enferme dans la répétition de votre histoire. » Autre expression de forme, les pièces artistiques. Point de message, seulement la forme et l'émotion qu'elle suscite en lui tout d'abord, puis en nous. Comme ses Fleurs de Grand Feu dont la matière semble atteinte de mouvement.

Rémanence industrielle

C'est à un nouvel épisode de forme que Grégoire Scallabre nous convie avec son exposition Temps Modernes. Le constructivisme, les années 30 aux États-Unis, Chaplin, la sidérurgie, l'image idéalisée d'une aventure mécanique… Un univers qu'il affectionne et qui donne corps à sa matière de prédilection. Un théâtre brutal dans lequel il transpose la délicatesse de la porcelaine. « J'aime l'idée d'une expression à contre-emploi de la porcelaine. Des poutres IPN, des boulons… L'intérêt est de déplacer le propos, d'employer le matériau à un vocabulaire de forme dans lequel on ne l'attend pas » souligne-t-il. Ses Fleurs de Grand Feu déjà faisaient naître un doute… Fonte ou porcelaine ? Deux matières aux antipodes l'une de l'autre. « Ces émotions m'intéressent et le registre industriel contribue à la confusion des sens. »

Fleurs de Grand Feu.
Fleurs de Grand Feu.

L'exposition présente des boulons, des écrous borgnes, des compositions, des installations… forgés à la porcelaine. Ses créations se parent d'un aspect métallique, un univers de couleurs allant d'un camaïeu de gris au bronze métallique ponctué comme en contrepoint, de porcelaine blanche à l'émail transparent. Et à nouveau de s'interroger : fonte ou porcelaine ? L'exercice du décalage oblige à regarder l'objet comme pour la première fois ! « J'espère continuer à une démarche artistique. Aujourd'hui j'avance dans ce sens. Cette liberté de ton et de forme est stimulante, mais plus difficile aussi. Il n'y pas de garde fou, pas de convention à laquelle se raccrocher. Je dessine beaucoup, je fabrique, je reviens sur le dessin, je fais des allers retours permanents entre les croquis et la forme. Plus j'avance plus je suis exigeant avec moi » souligne Grégoire Scallabre. Petites pièces ou grande installation, le prix des pièces exposées varie de 80 € à 7000 €. Une œuvre en devenir, un univers de formes à découvrir !
www.gregoire-scalabre.com
www.artsettechniquesceramiques.com

| EXPOSITION TEMPS MODERNES
Jusqu'au 13 avril 2008, à la Galerie NeC

117, rue Vieille du Temple 75003 Paris
Tél. 01 42 77 88 83